Pourquoi la notion de « débutant » n’existe pas en Yoga ?

Humilité et gratitude d'Hanuman, Melukote, Karnataka, Inde

Le jour de l’ouverture de Yoga Sésâme, il y a trois semaines, quelqu’un se présente à moi comme étant un « débutant », justifiant l’utilisation de ce terme par le fait qu’il n’a jamais pratiqué le Yoga (par « pratiquer », il veut signifier par là qu’il n’a jamais mis les pieds sur un tapis de Yoga).

Naturellement, je lui demande s’il a des soucis de santé ou des douleurs particulières à me signaler, il me répond qu’il est « raide » et qu’il a « parfois mal au dos ». (cf. article suivant : « Sois souple et tais-toi. »)

Bien entendu, j’écoute ce qu’il me dit. Mais c’est à tout autre chose (de beaucoup plus important) que je suis attentive…

Il est PRÉSENT.

Il est présent à lui-même, à sa position dans l’espace, à chaque mot qu’il prononce.

Il est présent à ce qui l’entoure, à celle avec qui il échange (à savoir, moi), ainsi qu’aux autres personnes.

Il est présent avec un sourire presque encore plus présent que lui-même.

Il a le regard présent et neuf de celui qui a soif de découvrir, sans jugement et sans attente.

Et lorsqu’il écoute, son écoute est elle aussi vraiment, entièrement, totalement présente : chaque chose qui retient son attention semble être accueillie en lui comme un cadeau.

C’est pour moi plus qu’évident : il est loin, très loin, d’être « débutant ».

Et c’est justement parce qu’il a l’humilité de celui qui se croit débutant qu’il est beaucoup plus « avancé » que ceux qui sont persuadés (et cherchent à persuader les autres) qu’ils sont « avancés ».

En effet, il n’a jamais entendu parler de telle ou telle posture, et il lui est parfois laborieux de s’y établir.

Mais il explore chaque asana avec une profonde attention, une enthousiasmante curiosité, et une qualité de présence inouïes.

En effet, lorsqu’il revient une deuxième fois pour une séance de Pranayama, il respire comme un nouveau-né qui découvrirait pour la première fois ses poumons et le Souffle qui agit en lui.

Mais c’est précisément pour cette raison qu’il n’est pas « débutant » : il n’est pas « débutant » car il naît à lui-même à chaque instant et cela, même ceux qui se croient « avancés », sont rares à l’expérimenter.

A la fin du cours, il me donne une dernière preuve qu’il est tout, vraiment tout sauf « débutant » : il me remercie en me regardant au-delà de ce qu’il peut voir et me prend spontanément presque dans ses bras, m’amenant à me désidentifier de ce que je crois être pour simplement être là.

Présente moi aussi.

En rentrant, je me suis alors dit que lui, oui, lui, qui se disait « débutant », m’a menti. 😉 Il n’est pas « débutant » : il a tout compris au Yoga.

Être capable d’être ainsi dans l’authenticité et la spontanéité de la véritable présence à lui-même et à l’autre, c’est vraiment tout sauf un truc de « débutant ».

C’est l’essence même de ce que le Yoga a à enseigner.

Alors merci infiniment à toi, « débutant », qui m’a beaucoup appris… 🙂

***

Photo : Hanuman en posture d’humilité et de gratitude (Añjali Mudrā en Vajrāsana), détail d’un temple de Melukote, Karnataka, Inde (juillet 2015)


Une réflexion sur “Pourquoi la notion de « débutant » n’existe pas en Yoga ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s