Le Yoga, mirage d’un miracle ?

Mirage vertigineux dans les montagnes de Kunja Puri, Uttarakhand, Inde

Il était une fois, dans un monde désenchanté par le désespoir d’un jour meilleur, des êtres qui s’enlisaient dans l’errance induite par l’épuisement d’être soi (1), des êtres qui se figeaient dans un sentiment de solitude persistant malgré (ou à cause de) la multiplicité des possibilités d’interactions sociales, des êtres qui se noyaient dans l’aridité d’une spiritualité désertée tandis que les identités religieuses se radicalisaient.

Las de cette vie dans laquelle l’essentiel semblait leur manquer, par un matin où le Soleil porte conseil, ces êtres se mirent en quête d’une solution afin de réenchanter leur monde : de quoi remplacer le quotidien d’une vie dans laquelle ils avaient tout pour être heureux, du moins superficiellement, sans pour autant parvenir à l’être fondamentalement.

Ils parcoururent mille contrées, mille royaumes. Ils étudièrent mille philosophies et expérimentèrent mille méthodes. Ils cherchèrent partout ailleurs et donc nulle part, attendant vainement que le miracle se produise du lointain, de l’exotique, du paradis artificiel que, dans une soif inaltérable d’un idéal inatteignable, leur propre esprit s’était mis à dessiner.

Mais un beau jour – afin de maintenir intacte la beauté du mystère, nous avons pour consigne de ne révéler ni le lieu, ni la date, ni l’heure et encore moins les noms des protagonistes – certains êtres découvrirent enfin l’inespéré : en attendant de boire à la coupe de la liqueur d’immortalité (2), ils seraient au moins bénis d’une pluie de bienfaits faisant passer leur vie du calvaire à la Lumière.

Ils découvrirent le Yoga.

A l’oeuvre de cet enchantement, ni bonnes fées, ni sorciers, mais des oracles et des prophètes.

D’un côté : convaincus jusqu’à en être convaincants, les maîtres apprentis et gurus fabriqués qui déballent avec ardeur et étalent avec ferveur l’étendue des bénédictions que la pratique du Yoga promet.

De l’autre côté : les témoins qui ont été investis (ou se sont eux-mêmes investis) de la mission d’éveiller les profanes aux miracles du Yoga : jusque là plongés dans les ténèbres d’une vie de souffrance, ils ont soudain fait la prodigieuse expérience de l’Elévation spirituelle.

Et prête à les écouter religieusement et à les suivre benoîtement, une foule en quête de la Révélation grandissait à mesure où l’égarement dans lequel le monde était baigné s’opacifiait.

Les attentes étaient proportionnelles à la détresse. Et les déceptions furent proportionnelles aux attentes…

Ils leur avaient promis que le Yoga les sortirait de tous leurs problèmes (si ça c’est pas un enchantement !) : leurs corps seraient délivrés de toute maladie et de toute douleur, leurs esprits seraient allégés de toute ignorance et de toute angoisse, leurs cœurs seraient libérés de toute peur et de toute souffrance.

Ils leur avaient dit que, comme eux-mêmes l’avaient expérimenté, le Yoga leur permettrait d’atteindre la Béatitude, la Félicité, l’Eveil, … peu importe comment on l’appelle finalement, le principal n’étant pas de le nommer mais d’y croire.

« Comment ? A la fin d’une séance, toujours rien ne s’est passé ? Remboursés ! »

img_0336
Le bon génie du Yoga ?

Eh oui, hélas, ce qu’ils avaient omis de leur expliquer c’est que le Yoga n’est ni un bon génie faiseur de miracles, ni un messie sauveur de l’Humanité…

Il est certes important d’avoir la foi dans les bienfaits de sa pratique, mais sans tout en attendre non plus. Le Yoga ne fait pas disparaître comme par magie tous les problèmes, toutes les blessures, toutes les larmes, toutes les souffrances. Après une séance, on ne jaillit pas de son tapis miraculeusement touché par la Grâce, auréolé d’une aura si puissante qu’elle en éblouit quiconque croisera notre chemin. Et heureusement ! Si tel était le cas, nous n’aurions pas eu le temps de nous y préparer. Les souffrances ne sont pas apparues du jour au lendemain, elles ne sont pas vouées à s’éclipser en un claquement de doigts non plus. Puisqu’elles nous ont affecté, autant alors qu’elles servent à quelque chose. Le processus que l’on engage pour s’en délivrer peut être long mais l’enseignement qui en ressort est tellement riche qu’il mérite bien que l’on s’en donne la peine.

Parce que oui, le Yoga n’est pas (que) de la détente : il ne s’agit pas de se mettre en Savasana sur son tapis et attendre passivement que les joyaux du Ciel se répandent sur nous jusqu’à ce que nous devenions translucides de sagesse.

Le Yoga est une discipline, c’est un travail sur soi. Il émane d’une puissante volonté de changer quelque chose en soi. C’est un cadeau magnifique que l’on se fait à soi-même en décidant que l’on mérite de vivre dans de meilleures conditions intérieures. Et il serait illusoire d’attendre que ce changement, que cette amélioration viennent de l’extérieur (un professeur de Yoga, un livre, une conférence, un événement, etc.) sans que nous n’ayons eu besoin de nous investir activement dans le processus. Parce que la pratique nous invite à nous investir activement, pas à recevoir passivement. C’est à nous de progresser pas à pas, à notre rythme, avec conviction et humilité. Le Yoga ne va pas marcher en éclaireur pour ôter de notre chemin tous les obstacles ; le Yoga nous guide et nous aide à avancer avec davantage de patience, de discernement, de bienveillance afin que ces obstacles nous déstabilisent moins et ne nous empêchent pas (ou plus) d’avancer vers le cœur de nous-mêmes. Les difficultés seront toujours là mais, peu à peu, nous apprennons à les appréhender avec moins d’appréhension et de découragnement, avec plus de force et de souplesse. Le Yoga ne va pas nous décharger de nos difficultés pour les porter à notre place, mais il va nous rendre plus confiants dans nos aptitudes afin d’être en mesure de les porter nous-mêmes sans crouler sous leur poids. Il nous amène à avoir suffisamment confiance en nous-mêmes pour croire que nous avons en nous les ressources suffisantes pour porter ces difficultés sans attendre que celles-ci s’envolent par enchantement. Et ayant ainsi appris à transcender les épreuves que notre expérience humaine nous donne à vivre, c’est alors que nous nous établissons de plain pied dans la conscience de notre nature hautement spirituelle.

Le Yoga ne fait que mettre des clés à notre disposition mais c’est à nous seuls que revient la décision de nous en servir pour ouvrir la porte et découvrir ce qui se trouve à l’intérieur.
Car si la foi dans le Yoga éveille notre conscience à la lumière qui vit en nous, c’est notre implication active dans la pratique qui non seulement entretient mais aussi fait grandir notre flamme intérieure jusqu’à faire de nous des êtres purement éclairés.

Non, le Yoga n’est pas un miracle qui soudain nous propulse au sommet de nous-mêmes.
Méfions-nous des mirages. Ils finissent toujours par donner le vertige.
Le Yoga est concret et réel. Il est dans la vraie vie, pas dans le rêve.


(1) Lire à ce propos l’excellent ouvrage d’Alain Ehrenberg, La fatigue d’être soi. Dépression et société.
(2) Amrita, le nectar d’immortalité, résulte du barratage de la mer de lait (le Gange) que les Deva (les dieux) réalisèrent afin de récupérer leur pouvoir d’immortalité qui leur avait été retiré suite à une malédiction du sage Durvasa.

(Article originellement publié ici sur Yoganova magazine)

***

Photos :

– Mirage vertigineux dans les montagnes de Kunja Puri, Uttarakhand, Inde (mars 2014)

– Le bon génie du Yoga ? , Shravanabelagola, Karnataka, Inde (août 2016)


6 réflexions sur “Le Yoga, mirage d’un miracle ?

    1. C’est toute l’envergure et la beauté de la notion de Tapas, oui : prendre la responsabilité de notre propre cheminement tout en se laissant être guidé par plus grand que soi, mais sans non plus se reposer passivement dessus. S’engager sur ce chemin vers le plus près de nous-mêmes sur lequel nous sommes portés mais aussi que l’on construit nous-mêmes, pas à pas, à mesure de notre avancée au coeur de la pratique et – les frontières du tapis étant extensibles à l’infini – au coeur de la vie toute entière qui est elle aussi un sacré beau terrain de Yoga. 🙂
      Merci Munsta pour le partage. Namaste.

      Aimé par 1 personne

    2. Merci pour le partage Muntsa !
      Belle découverte pour moi, le yoga a changé ma vie grâce à toi et tes cours qui m’ont ouvert un autre regard sur moi et mon cheminement.
      Je t’en remercie infiniment !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s