Réapprendre à n’être

20190506_114826

C’est pourtant très simple.
Mais on l’oublie souvent.

Jusqu’à ce que ça se rappelle à soi…

***

Hier soir, vers la fin du cours que je donnais, j’ai eu le sentiment d’avoir une révélation.
Quelque chose de très simple pourtant.
Que je sais déjà.
Que tout le monde sait déjà bien sûr.

Mais le ressentir ainsi, aussi intensément, avait l’essence d’une révélation.

Sous mes yeux, j’avais 13 personnes, adultes, déposées à terre, délivrées du devoir de faire quoi que ce soit, simplement là, présentes, et que j’avais juste invitées à se tourner sur le côté, en chien de fusil – en position foetale en fait – à partir de laquelle je les ai guidées à progressivement se déployer.

Comme une feuille enroulée sur elle-même par la sécheresse et qui, peu à peu, se réanimerait après avoir été arrosée.

Tout cela je ne l’ai pas dit.
Mais je l’ai vu.
J’ai utilisé le moins de mots possible. C’était suffisant.
La sobriété suffisait, je n’ai pas eu besoin de dire.

Ce n’est que maintenant que je peux poser les mots sur ce que j’ai vu.
Et, je l’avoue, qui m’a bouleversée intérieurement.
Comme un don inattendu.

C’est très simple.
Sans doute même trop pour parvenir à l’expliquer.
Ça pourrait presque sembler simplet.

Ces personnes se sont offertes hier soir à moi (et je les ai reçues) dans leur vulnérabilité d’êtres vivants comme si, à chaque instant, elles étaient en train de naître à elles-mêmes.

(À donner beaucoup de cours et presque tous les jours, parfois je ne vois malheureusement plus toujours de manière aussi précise ce cadeau qui m’est pourtant donné chaque fois.)

J’ai senti la Vie en elles.
À travers elles.
Vraiment.

Respirer.
Et battre.
Comme un seul cœur partagé.

À la fois humain, végétal et animal.
Organique.

Je me suis rappelée qu’avant d’être telles qu’elles sont actuellement, elles ont été des bébés.
[ Avant d’être tel(le)s que nous sommes actuellement, nous l’avons toutes et tous été. ]

Des bébés qui ont eu tout à apprendre et qui là, sous mes yeux, ont maintenant tout à désapprendre pour réapprendre simplement l’essentiel : n’être à nouveau plus que de bébés qui viennent en fait tout le temps à peine de naître.

Réapprendre à tout instant de n’être plus que la Vie qui vient toujours à peine de nous choisir pour s’incarner.

***

C’est pourtant très simple.
Mais on l’oublie souvent.

Jusqu’à ce que ça se rappelle à soi…


Illustration : Benjavisa Ruangvaree


6 réflexions sur “Réapprendre à n’être

  1. Bonjour
    Merci pour ce partage
    Cela m’a fait penser à un livre «  du silence «  david Lebreton où il parle du silence et le sacré :p232…. les mots pour exprimer ce qui reste inexprimable car tellement intime et en même temps tellement riche à partager : l’expérience du Sacré

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s