À l’image de dieu Krishna, être cosmique et kaléidoscopique

Demain (11/08/2020) sera célébré en Inde Krishna Jayanthi (dit aussi Janmashtami) qui honore l’anniversaire de Krishna (étant le huitième avatar de Vishnu, on le fête le huitième jour après la pleine lune du mois Sravana).

Il y aurait tant à dire sur Krishna (et je suis surtout très loin de tout en connaître) qu’il m’a semblé plus juste de concentrer l’attention sur un seul aspect ; car parfois en voulant tout savoir, on finit en fait par ne rien savoir vraiment (au sens de se laisser toucher et imprégner par).

Relions donc ici deux événements de la vie de Krishna et voyons l’enseignement que l’on peut y rencontrer.

***

Cosmic Krishna – Réaliser l’extraordinaire au coeur même de l’ordinaire

Scène de vie ordinaire. Jeune enfant, Krishna était occupé à jouer dehors près de la maison de sa mère avec d’autres enfants de son âge lorsqu’il porta à sa bouche une poignée de terre pour la goûter.

Un de ses petits amis de jeu ayant rapporté l’événement à Yashoda, la mère de Krishna, cette-dernière inquiétée accourut pour expliquer au petit le risque de tomber malade auquel il s’exposait s’il mangeait de la terre. Mais Krishna réfuta les faits : il n’avait pas mangé de terre.

Yashoda lui demanda alors d’ouvrir la bouche pour vérifier et quelle ne fût pas sa surprise de voir à l’intérieur de la bouche de son fils non pas de la terre, mais l’Univers tout entier : le soleil et la lune, les étoiles, ainsi que tous les autres astres et toutes les planètes dont le cosmos est composé.

C’est ainsi qu’elle réalisa la divinité de son fils, l’extraordinaire de ce qu’elle croyait ordinaire.

*

Combien il peut être facile et fréquent de regarder sans voir, d’entendre sans écouter, de toucher sans sentir, de sentir sans humer, de goûter sans savourer ce qui nous entoure, et nous y compris.

Et pourtant… au cœur même de l’ordinaire, de ce qui est là offert à nous à tout instant, au cœur même de ce qui semble déjà connu, défini, limité se trouve aussi l’extraordinaire, l’inconnu, l’infini, l’illimité à toujours découvrir et redécouvrir. Merveille qui, bien que l’on peut parfois croire tout en connaître, ne se laisse en vérité jamais complètement saisir mais au contraire se révèle perpétuellement à elle-même et au monde qui peut dès lors apprendre à y reconnaître toute l’étendue de sa beauté.

Reconnaître le sacré en toutes choses et en tous les êtres dont nous faisons aussi partie.

Reconnaître qu’en chaque se trouve la totalité.

Et que, si l’on parvient à reconnaître le Tout en un, eh bien connaître un seul (par exemple, nous-même) c’est déjà connaître Tout.

*

Krishna enfant révélant sa divinité à sa maman


***

Krishna-kaléidoscope – L’unité comme contraction de la multiplicité

Bien plus tard, c’est sous les traits d’un conducteur de char que Krishna accompagne le prince Arjuna à accomplir son dharma en lui enseignant tout ce qu’il sait de la Vie, de la Mort et de l’ordre du Monde afin de pouvoir l’éclairer dans les décisions et les actions qu’il a à mener. Ce récit constitue la Bhagavad-Gita, un des textes les plus importants de l’Hindouisme.

Un jour, alors qu’Arjuna était profondément en proie au doute, c’est sous son apparence omniforme de Vishvarupa que Krishna lui apparût afin de lui révéler son essence divine et lui transmettre ainsi, à travers cela, la foi en la mission qui est la sienne.

« Je te vois avec des bras, des poitrines, des visages et des yeux sans nombre, avec une forme absolument infinie. Sans fin, sans milieu, sans commencement, ainsi je te vois, Seigneur universel, forme universelle ». (Bhagavad-Gita)

C’est cette manifestation de l’Un sous sa forme multiple qui permit à Arjuna de reconnaître qui il est et ce qu’il a à réaliser dans le Monde.

*

A l’instar de cette multiplicité qui ne fait en fait qu’un, l’on peut reconnaître aussi chacune des facettes, chacun des aspects présente en chaque chose et en chaque être et donc aussi en nous.

Une seule réalité et autant de réalités, comme un kaléidoscope qui renvoie une infinité de reflets d’un seul et même objet.

Ainsi, là encore, le visage qui semble déjà connu se révèle sous bien d’autres visages à découvrir et ce qui semble en apparence limité s’avère en fait illimité.

Et les ressources à l’état de potentiel peuvent se manifester.

De l’invisible au visible.

De l’endormi à l’éveillé.

De Krishna à Vishvapura.

De l’Un au Multiple, expression exhaustive de la Divinité que chacun peut dès lors reconnaître au cœur de lui-même et de tout.

*
Exemple de reliance entre chacun des reflets divins incarnés

______________________________________

Peinture (détail) : Vishvarupa, Y.G. Srimati

Vignette de la BD Krishna : Andrea Dopaso

Sculpture : Vishvarupa, origine inconnue hélas


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s