La pratique-miroir

Pratique, pratique, pratique et ta véritable nature – quelle qu’elle soit – transparaîtra et resplendira.

*

La pratique c’est laisser mourir tout ce que nous croyions être et c’est aussi faire le deuil d’un idéal de soi pour oser plutôt embrasser notre réalité.
Telle qu’elle est.
Pour de vrai.
Sans projection.
Ni réflection.
La pratique, en révélant tout ce que l’on ignorait de soi, en descellant tout ce que l’on se cachait de soi, nous fait naître alors plus vivants et plus vastes que nous l’étions déjà.

Nous ne sommes ni ce que nous croyons voir dans le miroir, ni ce que nous croyons savoir du fond de nous-même.
Nous ne sommes ni ceci, ni cela.
Ni monstre, ni divinité.
Ni nous, ni autre.

C’est lorsque nous cessons de gaspiller notre précieuse énergie à chercher à nous définir,
C’est lorsque nous nous autorisons enfin à être,
Simplement,
Entièrement,
À chaque instant,
Aussi bien sous les sourires de notre cœur dans la félicité que sous les cernes de nos larmes dans l’obscurité,

C’est lorsque l’on ose enfin aller se regarder les yeux fermés,
En pleine confiance,
En toute conscience,
Sous le vernis de l’orgueil qui s’arrange pour dissimuler la totalité de nos ombres et de nos ténèbres,
Sous le maquillage de la peur qui craint de rencontrer et de montrer l’étendue de notre beauté et de notre lumière,

C’est alors, alors enfin, que l’on peut s’offrir dans la totalité de notre Vérité,
Non seulement à nous-même, mais aussi au monde entier.

Et, par cette offrande de ce que l’on est – palette des infinis reflets que peut prendre notre seul visage en tant que transfiguration de notre propre cœur – tout se voit dès lors invité à se révéler aussi dans cette même transparence propice à la reconnaissance de tout ce qui est.

Ainsi, même dans ce qui semble être de l’ordre de la plus grande banalité des gestes, des paroles et des pensées du quotidien, tout, vraiment tout nous apparaît dans sa dimension la plus sacrée car rien, vraiment rien n’en est dénué. Ce n’est qu’en la reconnaissant en nous-mêmes que l’on peut la reconnaître aussi en tout.

***

गते गते पारगते पारसंगते बोधि स्वाहा

Gate Gate Pāragate Pārasaṃgate Bodhi Svāhā

Allons, allons, allons au-delà de nos visions dualistes et erronées, découvrir le sens véritable de toute chose – à commencer par nous-même – et l’Éveil alors pourra se réaliser.

***

Kanoon Ampa, Hector Zazou & Swara, in album In the house of mirrors
Wanna Mako, Hector Zazou & Swara, in album In the house of mirrors

*


Illustration : Kali through the glass, Sam Madhu


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s