La réconciliation par la pratique de l’entre-deux

Lorsqu’il n’y a pas de limites à la souplesse,
On se blesse.

Lorsqu’il n’y a pas de flexibilité à la structure,
On s’emmure.

Dans l’abondance ou la carence,
Trouver nuance et tempérance.

Ressentir et connaître l’entre-deux,
Sans tiédeur,
Mais sans brûlure ni gerçure.

Un entre-deux qui concilie
Et réconcilie
Tout ce qui semble opposé, inversé, séparé.

Reconnaître la complémentarité de la multiplicité
Au cœur de l’unité
En soi

Et vivre l’expérience de la fluidité à partir de ce qui est stable en soi,
L’ouverture depuis la profondeur du centre qui soutient,
Affranchi(e) de la crainte de la dissolution.

Et vivre l’expérience de la stabilité à partir de ce qui est fluide en soi,
La concentration depuis l’horizon de l’espace qui libère,
Délivré(e) de la crainte de la fossilisation.

Le corps-esprit à la fois
Fleuve et digue,
Argile et racine,
Changeant et constant,
Vivant et immortel,
Tout et Un.

Dans cet entre-deux réconciliant les deux
Qui ne cessent peut-être d’être deux
Mais tout en n’étant plus, et donc en étant plus, que cela.

______________________________________

Photo : Navin Vatsa

Dessin : Ardhanarishvara (Shiva-Shakti), Marie Roura


Une réflexion sur “La réconciliation par la pratique de l’entre-deux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s