Laisser fondre la glace

Et par l’ardeur de la présence à l’ainsité,
Laisser fondre la glace

Glace qui anesthésie jusqu’à l’intouchabilité,
La laisser fondre de grâce

Par ce feu qui éclaire sans aveugler,
Par ce feu qui attise sans consumer

Par lequel l’essentiel sensible vient à se révéler
À l’oeil tendre du cœur auquel tout transparaît

C’est tout,
Rien de plus ou de mieux à ajouter,
Rien d’autre non plus à retirer

Libre de toute avidité
Et de tout rejet,
Aussi simple que l’eau pure délivrée
De l’armure de glace dans laquelle elle était figée

______________________________________

Peintures : Nicholas Roerich, 1925 et 1933


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s