Forme prétexte à la lumière

Mettre le corps dans une forme,
Laisser la forme prendre corps ;
Observer ce qui se transforme
Lorsque s’abandonne tout effort

Constamment aller et venir
Entre : contraction et dilatation,
Se tenir et s’évanouir,
Aspiration et contemplation

Allers et venues chacune nourries
De l’une, de l’autre, des deux unies ;
Sans lutte aucune, Souffle qui relie,
Simple présence qui se suffit

Lorsque l’ambition de ceci, de cela, de là-bas, de là-haut aussi prend le pas
Sur l’instant qui se vit en lui-même à travers soi,
Et concomitamment sur soi qui se vit en soi-même au coeur de l’instant,

Simplement inclure cela dans le champ de cet instant ;
Plutôt que le considérer comme ce qui vient le polluer,
L’embrasser, jusqu’à le laisser se diluer et de lui-même se détacher,

Témoin vivant de ce qui se fait, se défait en soi
Lorsque, rond, l’on prend congés de tous les carrés dans lesquels on se voudrait rentrer,
Quitte pour cela à se défoncer au pied de biche ou au chausse-pied,

Seule décision : aller avec plutôt que contre,
Persévérer oui peut-être mais sans s’y écorcher,
Explorer oui bien sûr mais sans s’y perdre,

Simplement être,
Découvrir toutes les facettes du diamant de l’être,
Et en chacune la Lumière qui en les révélant se révèle elle-même,

Et dans cet être laisser être ce qui apparaît,
Ce qui disparaît,
Tout ce qui – entre les deux – mue,

Dans l’aisance comme dans l’errance,
Toucher ce qui touche la transparence,
Et embrasser le vivant et son mystère incarné

***


Photo : Florian Weiler


2 réflexions sur “Forme prétexte à la lumière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s