Automne – Le dépouillement jusqu’au recueillement

Se laisser être dépouillé par le mouvement, à la fois mouvement du vent et mouvement du dedans.

Peu à peu, tous les voiles peuvent s’envoler loin, loin ; tous les costumes peuvent tomber bas, bas.

La terre est là, elle tend ses bras pour accueillir, pour embrasser, pour absorber tout ce qui – avec confiance, en toute simplicité – vient à s’y abandonner, à s’y déposer sans s’imposer, pour s’y reposer.

Dans son ventre, le moment venu, tout naît… s’enterre… et se recycle…

*

Arrivé à sa dernière mue, une fois toutes ses feuilles revenues à la terre depuis laquelle elles étaient apparues, lorsque l’arbre se révèle ainsi totalement nu, que reste-t-il alors ?

Son essence.

Que reste-t-il lorsque plus rien ne reste ? Lorsque tout s’est laissé tomber ?

L’essentiel.

C’est dans le profond dépouillement que l’on est au plus près de sa naissance.

Mouvement cyclique du bas vers le haut, du haut vers le bas qui se renouvelle encore et encore.
À la fois toujours même. Et jamais pareil.

À chaque inspire succède l’expire, à chaque expire succède l’inspire.
À la veille le sommeil, au sommeil le réveil.

Sentir chaque mouvement déjà présent avant même qu’il n’apparaisse.
Et le sentir encore même après qu’il disparaisse.

Même dans le silence, l’écho précédent résonne encore et le suivant déjà.
Même dans l’obscurité, le halo précédent éclaire encore et le suivant déjà.
Même dans l’automne, le printemps précédent palpite encore et le suivant déjà.

Et en nous, tout ce qui se tait et s’éteint laisse place à tout ce qui s’entend en-dessous de ce qui se dit, à tout ce qui se voit en-dessous de ce qui se montre, à tout ce qui se sent en-dessous des voiles, des costumes, de la peau, de l’écorce…

Toucher la profondeur.
Et se laisser toucher par elle.

Mouvement du vent vers le dedans.
Dépouillement jusqu’au recueillement.

———————————————————–

Sculpture : Debra Bernier

Photo : Brooke Di Donato

Photo : Alexey Onatsko


11 réflexions sur “Automne – Le dépouillement jusqu’au recueillement

    1. Magnifique éloge de ce temps de dépouillement, d’allègements , se délester de tout ce qui n’a plus raison d’être et faire de la place le coeur léger à ce qui est à venir … Merci à vous de ce rappel essentiel du rythme des saisons. De s’offrir ce temps d’introspection…🥰🕊🙏 Belle automne à vous 🙏

      Aimé par 1 personne

Répondre à Marie Ghillebaert Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s